Avocat en cas d'accident de la route à Nice

La victime d'un accident de la route qu'elle soit piéton, conducteur ou passager d'un véhicule terrestre à moteur ou cycliste doit pouvoir obtenir une indemnisation des préjudices résultant de l'accident dont elle est victime.

La Loi du 5 juillet 1985 (Loi Badinter) a institué un régime d'indemnisation visant à protéger les victimes notamment en limitant les cas de non-indemnisation et en obligeant l'assureur à formuler une offre dans un délai réduit.

Victime d’un accident de la route, vous avez subi non seulement un préjudice matériel mais également physique et psychique. Dans ce cadre, vous estimez être en droit, à juste titre, de demander une indemnisation. L’assistance d’un professionnel du droit vous est indispensable. En effet, les assureurs, premiers interlocuteurs des demandes d’indemnisation essaieront au maximum de minimiser vos séquelles.

Contactez dès à présent Maître Audrey GUILLOTIN, elle vous reçoit au sein de son cabinet d’avocat à Nice pour échanger avec vous et entreprendre toutes les démarches utiles afin que votre accident de la route fasse l’objet d’une réparation.

Quel est le rôle de votre avocat dans le cadre de votre accompagnement après un accident de la route ? Les différentes étapes d’une demande d’indemnisation

Avant toute chose, il convient d’effectuer un examen médical.

Regrouper ses pièces

Il convient de conserver l’ensemble des pièces justifiants de l’accident : plainte pénale, pièces médicales, constat d’accident…

Il est nécessaire d'avoir les bons réflexes :

  • Conserver les pièces relatives aux circonstances de l'accident (notamment le PV d'accident ou la plainte pénale)
  • Réclamer son dossier médical. (en cas d’hospitalisation)
  • Conserver tous les documents médicaux / paramédicaux remis au cours du parcours de soins (radiographies, certificats médicaux, relevés CPAM...)
  • Réunir l'ensemble des justificatifs de frais engagés (médicaux ou autres...)
  • Conserver les pièces concernant votre situation scolaire /professionnelle avant et après accident (bulletins de paie, bilan, avis d'imposition, arrêt de travail, contrat de travail, lettre de licenciement, attestation pôle emploi...) et/ou votre situation de handicap (AAH, MDPH, pension invalidité...)
  • Munis de l'ensemble de ces pièces, il convient d'obtenir l'avis d'un médecin spécialisé dans la Défense des victimes (médecin de recours.)

Votre médecin va attester de l’étendue de vos blessures.

Se préparer à l’Expertise médicale

Il conviendra de solliciter une expertise médicale.

L'expertise médicale est l'étape clé de votre indemnisation.

Il est nécessaire de bien la préparer :

  • Récupérer son dossier médical
  • Préparer la liste de ses doléances c'est -à -dire de répondre à la question "De quoi vous plaignez vous ?" notamment sur le plan physique, psychique ou moral, esthétique et professionnel.
  • Se rapprocher d'un médecin qui défend les victimes de dommage corporel.
  • Se faire assister d'un avocat qui est rodé à l'expertise

Votre avocat vous expliquera le déroulement de l'expertise et les écueils à éviter. Cela vous rassurera et vous permettra d'expliquer au mieux votre handicap à l'Expert.

Solliciter une indemnisation

Sur cette base, il vous sera possible, avec l’aide de votre avocat, d’établir le montant de l’indemnisation.

L'assureur du véhicule, impliqué dans l'accident, est en principe informé de la survenue d'un accident de la route avec atteinte corporelle par la transmission du procès-verbal établi par les services de police ou de gendarmerie.

Cet assureur est tenu de formuler une offre dans un délai de 8 mois à compter de l'accident.

Le conducteur responsable sera indemnisé par son assureur automobile uniquement s’il a souscrit une assurance dommages corporels du conducteur, appelée garantie du conducteur.

Il peut être opposé à une victime sa faute inexcusable. Celle-ci doit cependant être qualifiée de très grave.

Il est important de se faire assister dans ses démarches auprès des assureurs d'une part pour comprendre les méandres de la procédure et d'autre part, pour ne pas accepter une offre d'indemnisation inadaptée aux préjudices dont vous êtes victimes.

En effet, en cas d’offre inadaptée, une procédure judiciaire sera nécessaire.

Consultez également :